samedi 30 juin 2018

JeuneS laSKarS en direct

DanS ce genre de moment, il eSt facile de Se demander, où peux-t-on leS rejoindre ?
AÏKAN


Avoir une lope eSt idéal pour Se détendre

Mummmm, Ke j'aime m'amuSer avec leS meKS lopeS
AÏKAN


LeS effetS du gingembre

Cela confirme ce Ki Se dit, non ?
AÏKAN


Un bon coup de langue !

La lubrifiKation du trou eSt primordiale pour bien S'enfoncer danS une Salope !
AÏKAN


Ce meK S'eSt fait enléver

ESt une torture K'il Subit ou un pur plaiSir ?
AÏKAN


dimanche 24 juin 2018

Le meilleur deS réveilS

Koi demander de pluS au réveil ...
AÏKAN


ViSitie au muSée

Une lope Sert d'eXpoSition danS un muSée, il ne faut héSiter à toucher, et Sévir
AÏKAN


Auto-domination

A défaut d'avoir un maître, il Se faire Souffrir en Se faiSant du bien
AÏKAN


La Salope du minet

LeS vieuX Kiffent leS jeuneS, et leS jeuneS aiment humilier leS vieuX
AÏKAN


Délire face à la Kam !

Plan délire devant la Kam pour ce duo de poteS
AÏKAN


samedi 23 juin 2018

La cave de ma cité

Ke de belleS rencontreS pour ma bouche, mon cul et ma teub
AÏKAN


Un métiSSe gourmand

Il aime Se faire défoncer, cela Se voit clairement
AÏKAN


L'amour du fouet !

Kan leS coupS laiSSent ce genre de trace, il eSt bien de féliciter la lope pour Son endurance ...
AÏKAN


GroS calibre blacK pour petit trou blanc

Il lui démonte le cul, c'eSt clair, il aura du mal à S'aSSeoir :p
AÏKAN


Une Séance de muSKulation

Son coach lui donne leS conSeilS pour S'eXercer ... MaiS Kel Salle de muSKu à un Sling et une bacKroom ?
AÏKAN


vendredi 15 juin 2018

mercredi 6 juin 2018

Camping Sauvage

La nature, nouS rappelle noS pulSionS animaleS
AÏKAN


Une magnifiKe lope !

Mummm, elle mérite tellement pluS ... Kel KoupS de fouet non ?
AÏKAN


Chatroulette Gay

Le miraKle de pouvoir Se toucher face à un meK à l'oppoSé de chez Soi !
AÏKAN


Un maître Ki prendS SoinS de Sa lope

Il a une belle gueule la lope, non ?
AÏKAN


A la votre leS meKS !

Un verre Ki Se tranSforme en partouze générale
AÏKAN


vendredi 1 juin 2018

HypnotiSer mon copain

— Tu vas te réveiller tout en sueur et tu vas constater que ta queue est bien à fond dans l'intimité de ton meilleur ami qui dort, que ton sperme coule de son petit cul et sur ta queue, que tu as dépucelé et violé ton meilleur ami et que tu l'encules et surtout tu vas te souvenir de TOUT de ce que tu viens de faire, ne sachant plus quoi faire devant ce fait, partir en courant où ?
Tout heureux de l'avoir convaincu de m'avoir pénétré, et même deux fois de suite, je suis fier de moi, tandis qu'Alain se sentait-il fier de lui ou le contraire ? Tous deux fatigués, la bière aidant, nous nous sommes endormis.
Vers 9h30, je me suis réveillé le premier, je l'ai embrassé sur le front et je me suis levé pour lui faire un bon petit déjeuner bien vitaminé, tout en entreprenant en cachette de lui une autre dose de la petite pilule bleue. J'ai préparé une bonne assiette de fruits frais que j'avais achetée pour cela et aussi de œufs, bacon et petite patates rôties, prêts à cuire à son réveil. À onze heure, il se leva, ayant mis son slip, moi toujours nu. Il avait un air troublé.
— Bon matin Alain.
— Bon matin.
— As-tu bien dormi ?
— Oui, ça va.
— Moi j'ai dormi comme un ange au paradis.
— Tant mieux pour toi.
— As-tu faim ? Je vais te servir un bon déjeuner.
— Je sais pas là, juste un café fort pour le moment.
— Ok, pas de problèmes, on mangera tantôt.
— C'est ça…
Je voyais bien qu'il y avait un mauvais karma qui se passait, un problème à régler rapidement.

— Je m'excuse, ais je pense que je suis mieux de partir
— Voyons, pourquoi ?
— J'ai fait une grosse gaffe, une erreur impardonnable, je m'excuse Robert, je suis coupable, excuse-moi.
— Voyons Alain, dis-moi ce qui t'arrive.
— J'ai trop honte Robert.
Je voyais pour la première fois Alain en pleurs devant moi, il pleurait comme un enfant, je ne l'avais vu dans un tel état. Je voyais que peut-être que j'avais exagéré dans mon plan cul avec lui, je me devais d'oublier ma folie de l'hypnotiser et pour le moment de le consoler.
—Pleure, pleure Alain, pleure, tu pisseras moins.
— Lâche tes idioties, je suis sérieux.
— Viens t'asseoir sur le canapé.
Je me suis assis à côté de lui, collé, le prenant par les épaules, le collant sur moi, lui passant des mouchoirs.
— Arrête ça, dis moi ce qui se passe, svp.
— J'ai fait une grosse gaffe hier soir.
— Comment ça.
— Je ne peux pas dire ça, c'est trop grave ce que je t'ai fait.
Les larmes d'Alain n'arrêtaient pas.

— Alain on est ami depuis toujours, dis moi tout.
— Tu me promets de ne pas te fâcher !
— Promis, je te le jure sur notre grande amitié.
— Je t'ai...
— Tu as fait quoi ?
— Je… je t'ai violé, tu étais couché sur le côté, tu dormais et j'étais en pleine érection et tes fesses m'attiraient et je ne sais pas pourquoi, j'ai glissé ma queue dans ton bon petit cul si serré et si chaud et je me suis vidé à fond, sans ton consentement et je ne sais pas ce qu'il m'a pris ; je n'avais jamais enculé un mec.
En riant je lui dis :
— C'est pour ça que je suis sensible du cul ce matin.
— Ne ris pas de moi svp.
— Je ris avec toi, dis moi, au moins as-tu aimé ça ?
— Bien sûr, mais vas-tu me pardonner ou me foutre à la porte ? Je te supplie, pardonne-moi.
— Bien sûr, je te dis que ce n'est pas grave, tu es mon meilleur ami et tu le seras toujours. Plus, tu es et seras toujours comme un frère pour moi, à la vie.
— Sérieux, pour vrai.
— Embrasse-moi et tu seras pardonné.
— Mais c'est que après ça, voyant mon sperme collé sur tes fesses, j'ai passé mon gland dans mon jus qui y coulait et sans rien d'autre que penser à moi, je me suis permis une deuxième fois de te pénétrer et y éjaculer une deuxième fois.
— Sérieux, je vois que mon cul, tu l'aimes mon petit pervers.
— Ne dis pas ça.
— C'est vrai, tu as aimé ça ?
— Oui, c'est bien meilleur que les quelques filles que j'ai baisées, plus chaud et plus serré.
— Si je te dis que ce n'est pas grave.
— Tu ne dis pas ça juste pour rire de moi.
— Alain, écoute bien de que je vais te dire, écoute moi bien.
— Oui, quoi…
— J'ai eu connaissance cette nuit de ce que tu as fait et j'étais heureux de te sentir en moi, j'étais même fier de savoir que tu te contentais en moi et j'ai aimé ça, j'en ai même éjaculé moi aussi.
— Robert, vas-tu rester mon ami quand même.
— Bien sûr, mais les draps ont besoin d'un bon lavage, à moins que ce soir, tu veuilles dormir dans des draps taché de nos spermes.
— Lavé ou pas, je vais encore dormir avec toi.
— Enlève ton slip, nous avions dit que nous passerions la fin de semaine à poil.
— Cela doit être notre secret à nous deux. Voilà c'est fait.

— Embrase moi !
On s'est roulé une pelle indécente et Alain retrouva un bon petit sourire.
— Avec toute l'énergie que tu as libérée et dépensée cette nuit, tu dois avoir faim.
— Oui, besoin de vitamine ce matin, allons manger.
Nous avons pris un bon déjeuner que j'avais préparé, puis un peu de ménage et bien sûr un lavage des draps de mon lit. Pour finir, un petit somme tranquille pour récupérer de notre nuit. Au réveil Alain était redevenu à son normal, se promenant comme moi à poil, sans poil ! Suivi d'une bonne douche en solo, pour ne pas brusquer les choses, le sentant bien, malgré moi, j'ai repensé à mon hypnose sur lui. Pourquoi pas ! Durant l'après-midi, je lui fis boire une bière vitaminée à ma petite pilule bleue… Tout en faisant un peu de ménage et joué sur mon XBOX à différents jeux.
Vers 17 heures, la faim venait, j'ai suggéré de se faire livrer du restaurant. Nous avons opté pour de la pizza. Super pour moi, car Max, le livreur de cette pizzeria, nous avions déjà baisé une couple de fois. Un beau grand mec autant aux femmes qu'aux hommes et il avait un beau gros 18cm, surmonté d'un gros gland débordant de sa queue. J'ai téléphoné et surprise, c'est Max qui répondit. Je lui donnai ma commande et il me demanda « juste pizza ou plus ? »
Ma réponse fut « plus » et une surprise, sa réponse fut: « Parfait j'en ai besoin. »

— Alain Tu vas répondre pour la pizza.
— Oui Maître, je vais m'habiller.
— Non, tu mets juste ton boxer ajusté blanc, montrant bien ton érection.
— Oui Maître.
Pense à toi, cette nuit tu étais bandé comme un cheval. Sur ça. Il fut bandé raide. Trente minutes plus tard, la sonnette et c'était notre lunch qui arrivait. Je dis :
— Victoire. Va répondre Alain, c'est la pizza qui arrive.
— Oui Maître.
Alain se dirigea pour ouvrir la porte, sexy dans son boxer et bandé raide.

[A SUIVRE]
DE JEAN MARC

GroS Kalibre blacK

Ki veuX goûter à ce Kalibre ?
AÏKAN


DoSSier acepté

Il voulait un prêt, il lui offre Son trou
AÏKAN


Entraînement de Sa lope

Petite leçon du jour... endure leS coupS Ki me font bander
AÏKAN


Donjon japonaiS

J'ai mal pour lui
AÏKAN


JeuneS matelotS

Une pauSe avant Ke leS autreS membreS ou paSSagerS ne débarKent
AÏKAN